L'essentiel de l'actualité à la une


Côte d'IvoireSociété

La revente de bouteilles en plastiques vides : un business grandissant à Abidjan

Depuis la prolifération des sociétés de production de boisson et d’eau minérale en Côte d’Ivoire, l’activité de récupération et la revente des bouteilles déjà utilisées gagne du terrain. Elles reviennent constamment sur le marché pour servir à la vente de jus et de médicaments traditionnels. Sillonner quelques communes d’Abidjan a permis de remonter à des origines de la récupération de ces bouteilles en plastiques et de se rendre compte du business qui se construit derrière. 

Bouteille de Bissap et une galette à la main, Aboubacar Kamagaté, classeur sous l’aisselle gauche, prend son petit déjeuner, chez une vendeuse de jus. La scène se déroule au marché de l’Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody, le mercredi 03 février 2021, sous un chaud soleil. À côté de la vendeuse, le sol tutoie des bouteilles vidées de leur contenu. Elles seront sûrement revendues après la journée 

Suzanne Hié, la cinquantaine révolue, gagne sa vie dans la vente de bouteilles en plastique. Elle consacre ses journées à parcourir les rues, du matin à la tombée de la nuit, à la recherche de bouteilles en fouillant dans des poubelles. Rencontrée à ’’Washington’’ (ex-quartier précaire de la commune d’Adjamé), visiblement épuisée, elle s’occupe à laver sous un arbre des bouteilles qu’elle vient de collecter. 

Interrogée, elle explique que cela constitue pour elle une activité à la fois très épuisante mais rentable. « Je ramasse les bouteilles dans les poubelles et autres. Je me réveille très tôt pour gagner le maximum. Une fois mon sac est plein, je me rends ici pour les laver afin de pouvoir les revendre à de bons prix. Car les bouteilles déjà lavées et non-lavées n’ont pas les prix », a-t-elle fait savoir. Poursuivant, elle ajoute : « Cela fait trois ans que je fais cette activité et c’est grâce à cela que je nourri ma famille, paie la scolarité de mes deux enfants et même la nourriture ». 

Même son de cloche pour une dizaine de femmes interrogées sur le mode de collecte des bouteilles plastiques. Par contre, contrairement aux autres, Dame Korotoum, vendeuse de jus dans la commune d’Adjamé semble être plus professionnelle ou encore plus stratégique. Elle tisse une sorte de partenariat avec les filles de ménages de certaines communes d’Abidjan. Cette vieille dame explique qu’elle récupèreles bouteilles plastiques déjà utilisées « auprès des filles de maison dans la commune de Cocody »

Cap sur la commune d’Abobo, chez une grossiste installée au quartier derrière-rail, Fanta Diakité, dit acheter les siennes à la zone industrielle de Yopougon. La commerçante parcourt la distance Abobo - Zone industrielle de Yopougon à la recherche de bouteilles en plastique qu’elle revend aux vendeuses de jus et bien d’autres personnes. À l’en croire cette activité est rentable car le prix des bouteilles est fixé entre 50 et 100 Francs CFA ; et a une capacité de vente de plus de 200 bouteilles par jour. 

Ce nouveau business est beaucoup plus pratiqué par les femmes. Cependant certains hommes s’y lancent. C’est le cas de Monsieur Hubert Akré, installé à côté d’une poubelle publique au quartier Bracodi à Adjamé. Il explique son business. «Je vais collecter les bouteilles en plastique dans les quartiers chics d’Abidjan ainsi que dans cette poubelle-ci. Mes clients viennent les acheter avec moi ici. J’ai aussi mes réseaux à qui je livre à domicile »

À quelques kilomètres de là, à Adjamé-Habitat, nous sommes informés de l’existence d’un grand marché de gros de vente de bouteilles en plastique déjà utilisées. Là-bas, se trouve un véritable centre d’achat de bouteilles venues d’horizons divers. Des tricycles chargés déversent ces bouteilles en longueur de journée. Sur les lieux, Suzanne Hié, la cinquantenaire de ’’Washington’’, me reconnait. «Eh ma petite qui t’a montré ici ?», m’interroge-t-elle en souriant. Aux alentours, de gros sacs remplis des bouteilles récupérées, stockés ici et là, sont en attente d’une autre destination. «Les jours de marché ici, ce sont le mercredi et samedi», explique Mariam Konaté. Autre cliente fidèle de ce grand marché d’Adjamé-Habitat, Mme Oulaï utilise ces bouteilles pour son commerce de jus. Par ailleurs, les vendeuses de jus dans ces bouteilles n’exigent plus à leurs clients de les retourner après avoir consommé le contenu. Ce, d’autant plus qu’elles foisonnent sur le marché et se négocient à vil prix. 

«Ici, c’est comme un grand marché. Nous vendons en gros en raison de six bouteilles de 0,5 L à 50 Franc cfa, trois de 1,5 L à 100 Franc cfa et une de 5 L à 1000 Franc cfa » précise une vendeuse.

En effet, le quartier Habitat de la commune d’Adjamé est le marché de bouteilles où s’approvisionnent vendeuses de jus, revendeuses et bien d’autres. Un business qui prend de l’ampleur. Chaque jour, des jeunes s’achètent des tricycles avec pour activité principale le ramassage des bouteilles plastiques des quartiers vers ce marché. C’est le cas Moctar Amidou qui explique avoir commencé avec une brouette mais qui aujourd’hui, a un tricycle qui lui sert de ramassage de bouteilles. A l’en croire,  cette activité très rentable n’est pas régularisée. Car les acteurs ne paient pas de taxe, vu le fonctionnement anarchique de cette activité qui pourtant très rentable selon les acteurs.

COLIBA, la star up de valorisation des déchets en plastique. 

En effet, installée en Côte d’Ivoire il y a quelques années, COLIBA est une entreprise spécialisée dans le recyclage des déchets plastiques. Grâce à sa plateforme mise en place, elle connecte les ménages et entreprises avec des collecteurs affiliés pour récolter les déchets plastiques. Malgré les nombreuses campagnes de sensibilisation, ce secteur reste à 80% informel. L’une des difficultés que rencontre cette entreprise selon le cofondateur Yaya Koné. 

Des bouteilles d’eau remplies dans des latrines publiques, un danger pour la santé des consommateurs

Bien que la réutilisation des bouteilles en plastique soit incriminée, le remplissage de leurs contenus foule parfois au pied les mesures d’hygiène à respecter en la matière. Dans les gares routières d’Adjamé, nous rencontrons Guindo Awa, vendeuse d’eau. Bottes aux pieds, elle brave la boue pour vendre de l’eau glacée dans des bouteilles de 1,5 L déjà utilisées. «100 f de l’eau glacée, 100 f de l’eau glacée !», scande-t-elle, aux passagers d’un car sur le point de départ. D’ordinaire, après leur sortie d’entreprise, le prix de ces bouteilles d’eau minérale de 1,5 L dans les grandes surfaces ou les boutiques oscille entre 350 FCFA et 500 FCFA. Mais si Awa, la vendeuse d’eau, et ses consœurs les revendent à 100 FCFA, c’est parce qu’elles les remplissent à nouveau dans des latrines publiques. Justement, dans les environs d’une gare routière, Adama Diembé, gérant d’une de ces latrines, révèle après quelques hésitations : « Les vendeuses de l’eau viennent avec des bouteilles sales ici, le lundi. Elles sont lavées chez moi ici. Ensuite, je les approvisionne en eau dans des bassines pour remplir les bouteilles ». Pour étancher leur soif, des passagers achètent régulièrement cette eau « made in latrines publiques» vendue dans les gares routières. Emanuel Kouakou, étudiant à l’Ecole nationale de statistique et d’économie appliquée (Ensea), enfonce le clou. « J’ai vu au centre antituberculeux d’Adjamé, des malades recueillis de la salive dans des bouteilles en plastique », raconte-t-il, tout en s’interrogeant sur les futures destinations de ces bouteilles.

Qu’attendent les autorités pour régulariser ce secteur ? Que fait le ministère de la santé quant aux maladies que provoque la réutilisation de ces bouteilles recueillies parfois dans les poubelles des hôpitaux ? 

Abran Saliho
Oeil d'Afrique, Abidjan, Côte d'Ivoire



L'essentiel de l'actualité à la une