Ils font l’actualité


Côte d'IvoirePortrait

Côte d’Ivoire : Mariatou Koné, une sociologue appelée à sauver l’éducation nationale

Anciennement ministre de la cohésion sociale et de la lutte contre la pauvreté, la député-maire de Boundiali, (ville du Nord de la Côte d’Ivoire), Mariatou Koné a été nommée au dernier Conseil des ministres, à la tête de l’Education nationale et de l’alphabétisation. Elle succède ainsi à la ministre Kandia Camara, nommée à la tête de la diplomatie ivoirienne. Mariatou Koné a désormais la lourde charge de redresser le système éducatif ivoirien qui est en chute libre depuis quelques années. 

Auparavant proche de l’ancien ministre de l’enseignement supérieur, Mabri Toikeusse, Mariatou Koné a gravi les échelons au sein du gouvernement Ouattara. De directrice coordonnatrice du Programme national de cohésion sociale (PNCS),  ministre de la femme, de la famille et de la protection de l’enfant en passant par le ministère de la solidarité, Mariatou Koné est à ce jour la ministre en charge de l’éducation nationale et de l’alphabétisation.

Première femme ivoirienne Professeur titulaire d’Anthropologie. 

Diplômée de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) France, elle est enseignante-chercheure depuis janvier 1995. Elle est également la première femme Directrice de l’Institut d’Ethnosociologie (IES) de l’Université Félix Houphouët Boigny de Cocody. 

Experte et consultante internationale dans plusieurs domaines, Mariatou Koné multiplie les actions. Dans les problématiques foncières en Afrique, le développement rural, le genre, la santé, éducation, cohésion sociale, elle est présente. Depuis le milieu des années 2000, la question de la vulnérabilité des femmes ivoiriennes est au centre de ses travaux. C'est à ce titre qu’en 2021, elle fut chargée de coordonner le programme national de cohésion sociale.

Membre de plusieurs réseaux scientifiques 

Elle est coordinatrice du Laboratoire d’Etudes Environnementales et Foncières de Côte d’Ivoire (LEEFCI). et membre de plusieurs réseaux scientifiques internationaux dont Landnet West-Africa, la Chaire UNESCO Alimentation Du Monde (ADM), le « Réseau de formation et de recherche en socio-anthropologie de la santé en Afrique de l’Ouest » (REFASA), l'Association euro-africaine pour l'Anthropologie du changement social et du Développement (APAD), le Réseau International des Acteurs Emergents (RIAE), l’association des femmes chercheures de Côte d’Ivoire.

Depuis 2013, elle est médiatrice pour la Paix de la CEDEAO et du WANEP.  Poste qui lui a valu  une distinction des Nations unies pour ses actions en matière de paix et de cohésion sociale.

En 2015, elle devient Directrice Générale du Programme National de Cohésion Sociale (PNCS). 

Réconciliation et indemnisation des victimes

Au lendemain de la réélection du président Ouattara, en 2015, l’arrivée de cette universitaire au gouvernement avait été perçue comme un geste d’ouverture. Mariatou Koné devait d’œuvrer à la réconciliation du pays et procéder à l’indemnisation des victimes de la crise de 2002 et 2011.

Mariatou Koné a su rassurer plusieurs figures pro-Gbagbo et les a même convaincus de revenir d’exil. Reconnue pour son abnégation au travail et son énergie, elle a été bombardée ministre de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de l’indemnisation des victimes de 2016 à 2017. 

De 2017 à 2018, elle a été nommée à la tête du ministère de la Femme, de la Protection de l’Enfant et de la Solidarité. Elle devient par la suite ministre de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de la Lutte contre la Pauvreté. Poste qu’elle a occupé jusqu’au décès des deux premiers ministres Amadou Gon et Hamed Bakayoko

Redonner ses lettres de noblesse à l’éducation nationale

Après la disparition du premier ministre Bakayoko, elle est nommée ministre de l'éducation nationale dans le gouvernement de Patrick Achi. À la tête de ce ministère très stratégique, la ministre, maire et député de Boundiali devra relever plusieurs défis. Elle a la lourde tâche de relever le système éducatif Ivoirien critiqué depuis 10 ans. 

Selon l’étude du Programme d'Analyse des Systèmes éducatifs (Pasec), en 2020, la Côte d’Ivoire était classée avant dernier des pays francophones de l’Afrique subsaharienne en matière d’éducation. A la tête de ce ministère très stratégique pour le président Alassane Ouattara, Mariatou Koné n’aura pas la tâche facile.

Des grèves incessantes des enseignants, le non-paiement des primes de logement des enseignants, le changement des manuels scolaires suivis de changement de méthode d'enseignement. Des problèmes qui paralysent le système. Pour y faire face, Mariatou Koné a annoncé lors de la passation de charges, la tenue des états généraux de l’éducation nationale.

En effet, la nouvelle ministre chargée de l’éducation et de l’alphabétisation devra trouver des solutions urgentes pour relever significativement l'école ivoirienne. Il lui faudra répondre à la problématique des systèmes d'enseignement, la formation rigoureuse des enseignants et des apprenants, le manque de table-bancs par endroits.

Saliho Abran, Côte d'Ivoire, Oeil d'Afrique



Ils font l’actualité