Le journaliste Pierre Péan est décédé à 81 ans

Pierre Péan

Le journaliste d'investigation est décédé à l'âge de 81 ans. Il avait enquêté sur la tragédie des Grands Lacs, les Bongo au Gabon, François Mitterrand, Jacques Chirac...

Il s'était fait connaître pour ses enquêtes fouillées. Le journaliste Pierre Péan, enquêteur chevronné ayant pour sujets de prédilection l'Afrique, les médias et la face cachée des personnalités politiques, notamment le passé trouble de l'ex-président socialiste François Mitterrand pendant l'occupation nazie, est mort jeudi, a annoncé L'Obs.

Christophe Nick, auteur avec Pierre Péan d'une enquête sur TF1 en 1997, a également annoncé ce décès sur sa page Facebook : « C'est terrible. Le Patron, Pierre Péan, mon ami, est parti ce soir. »

« Pierre Péan, le grand journaliste d'investigation, est mort jeudi soir 25 juillet à l'âge de 81 ans », écrit pour sa part L'Obs sur son site internet, saluant « l'un des plus grands journalistes d'enquête français ». L'Agence France-Presse n'a pu joindre l'entourage de Pierre Péan.

En 2017, le tribunal correctionnel de Paris avait condamné le journaliste Pierre Péan pour avoir laissé entendre que le président gabonais Ali Bongo était à l’origine des tentatives d’assassinat de Jean-Pierre Lemboumba. Les passages incriminés figurent dans le livre Nouvelles affaires africaines, publié en 2014 aux éditions Fayard, dans lequel le journaliste Pierre Péan revient longuement sur les relations entre Ali et Omar Bongo.

Dans l’un des chapitres, l’auteur laisse entendre que le président gabonais aurait commandité deux tentatives d’assassinat à l’encontre de Jean-Pierre Lemboumba, qui était alors le directeur de cabinet d’Omar Bongo et aurait comploté pour empêcher le fils Bongo de succéder à son père. « Un contrat a été mis sur sa tête, écrit ainsi Pierre Péan. C’est un voyou du Havre qui est chargé de l’exécution. La PJ retrouve le donneur d’ordre : un Coréen proche d’Ali Bongo. »

En revanche, le tribunal a débouté le président gabonais concernant d’autres passages du livre, où l’auteur relate la rumeur selon laquelle Ali Bongo serait responsable de l’empoisonnement mortel de Georges Rawiri, ancien président du Sénat et considéré comme le numéro 2 du régime.

Un livre sur Mitterrand

Pierre Péan s'est fait connaître avec ses enquêtes fouillées au long cours, qu'il publiait à raison d'un livre tous les un ou deux ans. Son coup de maître, il le réalise en 1994 avec Une jeunesse française : François Mitterrand 1934-1947, dans lequel le président socialiste s'explique pour la première fois sur son appartenance à la droite pétainiste qui allait engager la France dans la collaboration avec l'occupant nazi, avant son action dans la Résistance. N'ayant jamais peur des polémiques, il enquêtera aussi sur Jacques Chirac, Bernard Kouchner ou Jean-Marie Le Pen.