Livre. Thierry-Paul Ifoundza dissèque le Système de Santé du Congo

Le Docteur Thierry-Paul Ifoundza © DR

Originaire du Congo-Brazzaville, Thierry-Paul Ifoundza vit en France depuis plusieurs décennies. Médecin-pneumologue, spécialiste des maladies respiratoires, il est coauteur de travaux scientifiques sur les maladies respiratoires, publiés dans des revues françaises et internationales. Congo-Brazzaville / Un Système de Santé dystopique, est son premier livre.

A lire le Docteur Thierry-Paul Ifoundza, le Système de Santé du Congo-Brazzaville est sinon mort, du moins s’apparente à une dystopie. Un monde qui reflète la noirceur décrite par George Orwell dans son roman 1984. Et que, pour le ressusciter, ce Système sanitaire n’a pas besoin d’une morphine, non ! Il a besoin plutôt d’une chirurgie qui éradique les métastases de la corruption, de la voracité et de l’amateurisme qui le gangrènent. Quelques personnalités, et pas des moindres, co-responsables de la mort du Système sanitaire congolais, n’échappent pas aux griffes du docteur Thierry-Paul Ifoundza.  « Moyen-Ibovi-Elira, c’est le triangle des Berdmudes du Système de Santé congolais. Ils ne sont pas innocents dans sa chute vertigineuse vers les eaux profondes d’où gît le Système sanitaire », écrit-il à la page 52.

Comment comprendre que le Congo ne compte que quelque 454 médecins pour une population de 5 millions d'habitants, soit 1 médecin pour 11 000 habitants, alors que des milliards et des milliards de francs CFA ont été alloués à ce secteur vital ? « Sans exagérer, le Congo côtoie un désert médical… (…) L’autre évidence, c’est l’inégale répartition territoriale des médecins ! Très peu de médecins dans la partie Nord du pays ; une forte concentration dans la partie Sud. Comment pourrions-nous expliquer cette disproportion ? En fait, cette répartition est proportionnelle à la densité de la population : la majeure partie de la population réside dans la partie Sud, Brazzaville et Pointe-Noire détiennent à elles seules 83% d’effectifs du personnel médical. » (Page 92)

Comment comprendre qu’au Congo « le diagnostic de la tuberculose se résume essentiellement à l’examen microscopique des crachats ? La recherche du bacille de tuberculose par la culture et la PCR n’est pas faite. Du coup, on ne peut pas savoir si le patient est porteur de la mycobactérie tuberculeuse ou non-tuberculeuse. Par conséquent, en ne se basant que sur la microscopie comme moyen diagnostique pour la tuberculose, on passe à côté des mycobactéries atypiques ou encore non-tuberculeuses, qui ne nécessitent pas de traitement pour certaines d’entre elles. Et, pour rien, on prescrit des médicaments antituberculeux, ce qui n’est pas sans dangerosité : ces drogues peuvent abîmer le foie, les reins, les oreilles et les yeux. Le plus étonnant, c’est que le Congo a des biologistes, des microbiologistes. Mais ils restent muets sur ces vrais faux diagnostics. Quant aux diagnostics de cancers, certains médecins se pointent à l'aéroport de Brazzaville, pour confier aux voyageurs des échantillons de prélèvements biopsiques en vue d’une analyse anatomopathologique à l'étranger, autrement dit afin d’établir un constat de cancer ou pas, alors que le Congo ne manque pas de professeurs d’anatomopathologie. Parfois, les patients attendent jusqu’à six mois pour être en possession des résultats. Entretemps, il peut décéder de son cancer, parce qu’il n’aura pas été pris en charge instantanément. » (Page102)

L’actualité oblige, le docteur Thierry-Paul Ifoundza évoque la gestion de la pandémie de la Covid-19 par les autorités congolaises, « une gestion douteuse, hasardeuse, calamiteuse, aussi bien sur le plan structurel que fonctionnel… Ce qui frappe d’emblée, c’est cette absence criante de ressources humaines qualifiées. En y ajoutant le manque de plateau technique, qui découle    d’un déficit de volonté politique, vous arrivez à un chaos sanitaire. Pis, les Professionnels de Santé du CHU ignorent qui est malade de la Covid-19 et qui ne l’est pas, parce que les tests n’y sont en réalité pas pratiqués, en dépit du boucan politique. » (Page 47)

Un livre à lire ! Absolument !

Bedel Baouna

Congo-Brazzaville/Un Système de Santé dystopique, Z4 Editions, 155 pages, 14 euros