L'essentiel de l'actualité à la une


Côte d'IvoirePolitique

Laurent Gbagbo bénéficiera des avantages réservés aux anciens présidents

Ouattara a donné son feu vert pour un retour en Côte d’Ivoire de l’ancien président Laurent Gbagbo et de son ancien ministre Charles Blé Goudé.   

«Messieurs Gbagbo et Blé Goudé sont libres de rentrer en Côte d'Ivoire quand ils le souhaitent», a déclaré, mardi, le président Ouattara à l'ouverture du premier conseil des ministres de son nouveau gouvernement formé.  Alassane Ouattara a annoncé que la Côte-d’Ivoire prend acte de la dernière décision de la Cour pénale internationale (Cpi). Il a affirmé que les frais de voyage de Gbagbo de Blé Goudé et leurs familles, seront pris en charge par la Côte d’Ivoire. 

Après la prison, le jackpot 

Selon le président ivoirien, les dispositions seront prises pour que Laurent Gbagbo, relativement à son statut d’ancien chef de l’état, rentre pleinement dans ses droits. Une fois arrivé en Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo ne devrait pas se faire de grands soucis pour ses vieux jours. Selon les montants officiels dus au statut d’ancien président, Laurent Gbagbo percevra 17 millions de francs Cfa par mois. 

Cette somme pourrait même être majorée par les arriérés d’ancien président de la République de Côte d’Ivoire. Alassane Ouattara voudra oui ou non autoriser l’État à lui verser ? De surcroît, les avocats de Gbagbo et ceux de Blé Goudé s’apprêtent à introduire des actions contre la CPI pour des indemnisations après 7 ans et 5 ans de prison ferme, suivis de deux ans de semi-liberté de leurs clients.

En plus de l’aspect financier, Laurent Gbagbo a droit à un aide de camp, une dizaine d’agents de sécurité et des collaborateurs: un chef de cabinet, un chargé de protocole, un chargé de mission et deux secrétaires sans compter le personnel de maison et trois chauffeurs pour trois véhicules mis à sa disposition, entre autres.  

Pour une sortie avec les honneurs

A travers cette décision, Alassane Ouattara coupe court aux supputations faisant état d’une arrestation de Laurent Gbagbo dès son retour en Côte d’Ivoire. Ce dernier a été condamné par contumace par la justice ivoirienne à 20 ans de prison pour l’affaire dite «du casse de la Bceao».

D’ailleurs, le porte-parole du gouvernement a été très clair au sujet des rumeurs d’emprisonnement.«Ça me paraît cynique de payer le billet d’avion de quelqu’un pour venir juste le mettre en prison», a t-il dit.

Sans doute, après avoir forcé la Constitution pour briguer un nouveau mandat, et après tant d’années à tenter de recoller les morceaux de la crise postélectorale de 2011, le président Alassane Ouattara ne veut plus se créer de nouveaux ennuis face au retour de Laurent Gbagbo. Il met en ordre pour que la réconciliation chantée depuis de nombreuses années soit couronnée de succès. Un retour sans incidents des anciens détenus de la CPI en est une belle occasion. Nul doute que Ouattara veut sortir de son dernier mandat controversé la tête haute. 

Oeil d'Afrique



L'essentiel de l'actualité à la une