L'actualité à la une


PolitiqueSénégal

Sénégal: dans un contexte de pauvreté, Macky Sall se paie un nouvel avion présidentiel à coup de milliards FCFA

Le gouvernement sénégalais a annoncé l’acquisition et la réception très prochaine d’un nouvel «avion de commandement présidentiel». Un appareil acquis à coup de millions de dollars qui, pour l’opposition et les détracteurs du président, est en total déphasage avec les récentes actions menées par le gouvernement pour permettre au Sénégal appréhender le contrecoup économique de l’après Covid 19.

Lecture : 3 minutes

Le nouvel avion présidentiel, acquis «conformément au contrat d’achat signé en juin 2019» viendra remplacer l’ancien, «vétuste» et «onéreux» en carburant et entretien, a justifié le ministre Oumar Guèye, porte parole du gouvernement.  Le ministre a mis un accent particulier sur les avantages de son acquisition, sans faire état du coût de ce modèle A320neo de la compagnie aéronautique française évalué en 2018 à 110,6 millions de dollars, soit 59 milliards de francs CFA. 

À Dakar,  l’acquisition  de ce nouvel appareil présidentiel a fait bondir plus d’un. «Je n’ai pas les mots pour qualifier l’achat, par le Sénégal, d’un nouvel avion de commandement pour Macky Sall révélé après le retour d’un sommet où il s’est plaint de dette insupportable dont il cherche l’annulation et de déficit budgétaire contraignant. Le Sénégal est vraiment à plaindre !», a réagi Abdoul Mbaye, ancien Premier ministre. 

Quant Thierno Alassane Sall, ancien ministre de l’Energie passé à l’opposition, il affirme : «C’est très simple pour son confort, il se paie un avion qui aurait pu construire 3 hôpitaux d’une capacité de 750 lits, pendant qu’à Kédougou (ville du Sud est du pays) les femmes qui accouchent n’ont pas d’anesthésiste-réanimateur, pendant qu’à Tivaouane Peul (banlieue de Dakar) 1 796 familles sont injustement délogées, pendant que les 4 000 foyers impactés du Ter attendent encore d’être dédommagés»

Invité à faire un commentaire sur cet achat, l’économiste Demba Moussa Dembélé est formel : «Même en dehors du contexte actuel du pays, s’octroyer un avion personnel à plusieurs dizaines de milliards est choquant et indécent. Apparemment, les priorités du régime ne sont pas la recherche de solutions pour l’emploi des jeunes, pour améliorer les conditions de vie des Sénégalais, pour relever le plateau sanitaire des hôpitaux et revaloriser les salaires des enseignants et des soignants. Les priorités semblent être le renforcement du train de vie de l’Etat, surtout au niveau de la présidence. Cet achat semble être un cinglant démenti aux mesures annoncées récemment visant à réduire certaines dépenses gouvernementales! ». 

Il fini par se demander qu’avec cette révélation, « que va dire Macky Sall aux créanciers du Sénégal à qui il demande d’annuler la dette extérieure du pays ? »   

Oeil d'Afrique - Dakar



L'actualité à la une